Au creux de ton absence

Au creux de ton absenceJe nourris ta présenceQui m’est plutôt étrangeMais qui ne me dérangeC’est peu dire que j’aimerais ton corps et ta voixA défaut cet espace le silence me renvoieA défaut mon esprit vers toi s’envolePour reprendre tout ce que le temps me voleCela fait longtemps maintenantCombien cela fait-il au justeUn petit peu plus de vingt ansEt cela dans mon cerveau s’incrusteJe me dis quelques fois que c’est juste un voyageQue tu as accompli juste un peu avant l’âgeEt moi-même j’ai le doigt dans l’engrenageAvant juste un peu de remue-ménageJe t’ai cherché dans les bouquinsJe tombais au bout de …