Art scriptural Atelier d'écriture Bachelard Deux Mil Vingt et Un

SurRéalité

J’ai Traversé l’Abîme

Dit Adieu au Train-train quotidien

Téléphoné mon Amitié

Mis mon Amour à Table

Je suis Sorti l’An passé

C’était un Songe d’Apocalypse

J’ai Appris la nouvelle dans la Soirée

Il est l’Architecte du Soir

Arrête de te prendre pour une Sainte

Assieds-toi et retrouve ton âme égarée

Attends aux pieds du Rempart

L’Autre n’a pas respecté tes Règles

Tu vas Avoir à Regarder cela de plus près

Le Bébé cherche Querelle

Quel est ce Bruit qui te Possède

Tu as passé la Porte du Cabinet

Tu as pris Plaisir à la Cérémonie

La saison a Passé, les glands des Chênes gisent

La Chose est Partie

Ce dont tu Parles Claque comme un oriflamme aux vents

De ton Corps émane encore un Parfum de lilas

Tu t’es Couché dans un Paradis terrestre

L’Odeur des foins Coupés

La Course éperdue à Mourir de fuites

Je ne Crois pas à la Mort

La Dactylo prend un Moment pour relire ses notes

Le Défilé de fantômes après tous ces Meurtres

Le Diable fait la Mer déchainée

L’eau charrie ses Mémoires et lave les nôtres

L’homme au pied Marin fait des Écarts dans la ruelle

Tu écrivais le malheur

Est-ce que la Maison est à l’Endroit cette fois ?

Madame a connu l’Enfer

Épargnez-moi cette Machine

J’Erre à travers mes Jouets

Je m’Étonne encore de ce Jet d’encre

Je Suis une Jambe de bois

L’Évènement Importe à qui

Tu as juste Évoqué une Idée

Ne Fais pas l’Homme

Cet Hiver dieu sera faite Femme

A Célébrer tant de fois la Forêt

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.