Art scriptural Atelier d'écriture Bachelard Deux Mil Vingt et Un

Le cœur

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

« Fais de ta vie un rêve, et de ton rêve une réalité. »

Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince.

Comment le cœur voit-il cela ? Ton cœur est une part irréductible de toi-même. Ton cœur est une part imputrescible de toi-même. Ton cœur est une part immaculée de toi-même. Ton cœur est une part intangible de toi-même. Ton cœur ne vacille pas. Ton cœur est un feu qui ne s’éteint pas. Ton cœur est ta demeure. Ton cœur est ton refuge. Accueille le Monde dans ton cœur, invite le à partager ta joie d’être resté fidèle à ce Monde, de ne pas l’avoir abandonné. Ton cœur est une toupie qui tourne indéfiniment. Ton cœur est un yoyo qui, dans les hauts et dans les bas, remonte et redescend, indéfiniment. Ton cœur reste fidèle à l’amour, malgré la haine, les jalousies, les rancunes, les comptes qui ne sont pas soldés, ton cœur remet à zéro les compteurs, ton cœur te fait crédit de ton solde débiteur, d’une somme exponentielle de bonheur à exploiter. Ton cœur reste disponible. Ton cœur reste toujours serein. Ton cœur brille comme une étincelle, une étoile, un soleil. Si tu as mal au cœur, si tu as le cour gros, si ton cœur chancelle, tu te trompes, ce n’est pas ton cœur. Tu confonds tes émotions et ton cœur. Si tu doutes, si tu hésites, si tu tergiverses, tu te trompes, c’est ton mental, ce n’est pas ton cœur. Si tu souffres, si tu as mal, si tu te tords sous le poids de la vie, c’est ton corps qui souffre d’un désir inaccompli, ce n’est pas ton cœur. Si tu es perdu, ton cœur est la boussole. Si tu es sombre, ton cœur est la lumière. Si tu hais, c’est que ton cœur aime encore. Si tu vois devant toi le vide et l’absence, ton cœur est la présence. Si ce que tu vois est laid, ton cœur est la beauté. Voir avec le cœur, c’est voir l’invisible. Le cœur est l’invisible. Voir l’invisible, c’est avoir des perspectives. Voir l’invisible, c’est rêver. Oublies la logique, il n’y en a pas. Oublies le temps, tu n’en mourras pas. Une fois réglées les questions d’intendance et de logistique, assieds-toi, et rêves. Rêves ta vie plutôt que de la vivre. L’essentiel est invisible pour les yeux. Si tu crois ce que tu vois, tu vis dans l’illusion. Si tu es aveugle, alors tu seras sensible à ce qui ne se voit pas. Entres dans cette dimension. Elle est infinie. Puis reconstruis. Reconstruis dans cette dimension, reconstruis selon cette perspective. Alors tu feras de ton rêve une réalité. Évades-toi de la réalité, puis inventes-toi une nouvelle vie. En vérité, elle ne sera pas si différente, mais tout aura changé, parce que tu te seras changé toi-même.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.