Anawega Art scriptural

Anawega – Feuillet neuf

Ulinoï parla
Anawega
Plume légère
Ton histoire reste à écrire
Pour tous ceux du village
Pour nous jusqu’à ce soir
Tu étais Tom
Mais tu as demandé à renaître
Tu es Anawega
Tu es membre de notre tribu
Tu es une femme
Et tu partageras ce soir la hutte des femmes
Tu porteras les habits qu’Anata, notre femme médecine, va te donner
C’est un trousseau qui célèbre les noces de Tom avec Anawega
Tom et Anawega doivent se jurer fidélité
Je suis Tom et je jure fidélité à Anawega
Anawega jure fidélité à Tom
Ainsi parla Anata
Tu dois porter ces vêtements toujours et en toute circonstance
Et tu dois défendre Anawega des insultes ou des attaques
Comme tu dois défendre les Kawaï des insultes et des attaques
Mais tu ne devras jamais user de violence
Ulinoï sera ton enseignante
De notre langue, de nos visions, de nos coutumes
Va avec elle te changer avant que nous n’entrions dans les huttes
Celle des hommes et celle des femmes
Puis tu te recueillera avec elle
Pour épuiser le masculin en toi
Ainsi soit ta voie du Grand Mystère
Anawega suivit Ulinoï sous la tente de son père
Elle ouvrit le tipi devant elle
Et la fit entrer la première
Il y avait là deux couches
Celle d’Ankagaï et celle d’Ulinoï
Au centre un petit feu d’automne dont la fumée montait doucement vers le ciel
Et au fond
En face de l’entrée
Un coffre de bois
Ulinoï en sortit une étoffe de lin fin et une robe de coton bleue et brune à motifs de losanges
Et maintenant dévêts-toi
Devant toi
Tu n’as rien à cacher et je dois te montrer comment ceindre ce drap de lin
Anawega s’accomplit et enleva ses chausses
Ulinoï l’aida à déboutonner sa chemise et la retira dans son dos
Elle dégrafa le pantalon et le fit glisser avec le dessous
Puis elle se positionna face à elle et la regarda droit dans les yeux
C’est ainsi que Tom est venu au monde
C’est ainsi qu’ Anawega fait son apparition sur le ciel de la nuit
Elle saisit l’étoffe transparente de lin
Long rectangle de tissu
Tu dois le positionner au centre entre tes jambes
Elle le fit
Puis tu le fais tourner le devant à gauche et à droite derrière
Les sens sont importants
Puis tu repasse entre tes jambes Derrière d’abord et devant ensuite
Tu le fais tourner le devant à droite et par la gauche derrière
Et tu le noues sur le coté gauche
Tu te souviendras
Je ne sais c’est assez compliqué
Pas vraiment en fait
Je le ferais trois fois avec toi
Ensuite c’est à toi d’avoir mémorisé
Vois ton essence du désir couler sur le tissu et ton sexe gonflé
Laisse faire
Puis elle l’aida à revêtir la robe
Agenouille-toi tu es trop grand et lèves les bras
Elle la fit passer la tête
Relève-toi
Elle la fit glisser le long de son corps
Puis elle se repositionna bien face à elle et demanda
Quel est le désir que tu éprouves
J’éprouve du désir pour cette autre moi-même
Et je m’émeus que cette rencontre se fasse face à toi-même
Où ton désir se tourne-t-il
Vers les hommes
Ou bien vers les femmes
Vers toi
J’éprouve moi aussi du désir pour les femmes
Cela peut paraître étrange à un homme blanc
Tout comme il peut paraître étrange à un homme blanc que tu te révèles femme à toi-même
Mais les Kawaïs savent que le Grand Mystère n’a pas toujours des chemins droits
Et que tout cela est dans notre nature
Désormais tu es femme Anawega
Pour tous les Kawaïs
Mais aussi pour tous ceux du village
Tu dois être forte et fière
Tu portes l’honneur des Kawaïs désormais
Qui t’accueillent dans ta différence
N’oublie pas
Je me souviendrai Ulinoï
Nous allons nous recueillir un moment
Prends cette position en tailleur du recueillement
Sens ton assise dans ton bassin tes jambes et tes pieds
Enracine-toi comme un arbre
Puis redresse ton dos depuis le bas vers le haut comme une tige s’offre à la lumière
Incline légèrement ta nuque et baisse légèrement ton menton
Et maintenant regarde moi
Et ne perds pas mon regard de vue
Il plongea alors son regard dans celui d’Ulinoï
Et y vit une myriade d’étoiles dans la nuit noire
Et au centre cette lune pleine d’attentes et d’espoirs pour les jours nouveaux
Il se sentit plonger davantage
Il se rapprochait des étoiles
Laissant la lune derrière lui
Elles étaient de grands feux
Autour desquels siégeaient les Anciennes
Et chaque femme autour des feux lui disait
Je te salue Anawega
Puis il s’arrêta devant une femme serpent ailée
Dressée devant lui comme un python
La poitrine en avant
Et les ailes fines et longues déployées dans leurs envergures comme les voiles d’un bateau
Maintenant Anawega écoute bien ton histoire
Elle est celle de ta blessure
La blessure de Tom d’ignorer Anawega
Et la blessure d’Anawega d’être ignorée par Tom
Maintenant vient le temps de la souffrance
Ta blessure sera morale et physique
Mais c’est cette blessure qui fait ta féminité
C’est cette blessure qui fait la femme
C’est de cette blessure que tu es sorti du ventre de ta mère
Et elle est morte de cette blessure
Mais avec la joie de t’avoir mis au monde
Sache qu’elle veille sur toi et qu’elle t’a mené à la rencontre d’Anawega
Maintenant oublie l’ignorance de Tom et porte la blessure d’Anawega
Je me nomme Enakam
Je suis la femme serpent ailée qui veille sur les médecines
Reçois ma morsure comme un antidote
Elle dit et mordit son sexe
La douleur fit reculer Anawega dans le regard d’Ulinoï
Une nuit opaque régnait
Puis la lune réémergea éclatante dans son reflet complet du soleil
Et calma le feu de la morsure
Ulinoï rompit le silence
Tout va bien maintenant Anawega
L’initiation n’est pas un chemin sans mal
Mais c’est un chemin vers la paix
Elle sourit
Es tu en paix Anawega
Un timide sourire flottait sur les lèvres d’Anawega
Oui maintenant je le suis
Alors il est temps de rejoindre les femmes de la tribu
Mais avant je vais t’accompagner laver ta blessure à la rivière
Et tu demanderas à le déesse des eaux de la terre
De purifier les eaux de ton corps

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire