Anawega Art scriptural

Anawega – Feuillet onze

Les vapeurs montèrent
J’ai évoqué les rôles sociaux des hommes et des femmes
Ceci est le pattern commun de l’existence
Ainsi que les semences s’unissent pour accueillir un âme dans le sein de la mère
Mais je souhaite approfondir
En nous nous avons deux parts
Nous tous, hommes et femmes, sommes constitués d’un pôle masculin et d’un pôle féminin
Ainsi il ne s’agit pas tant pour Anawega de devenir une femme
Car elle n’a pas corps de femme
Mais il s’agit de sa féminité
Qui doit à partir d’aujourd’hui devenir dominante en elle
Et aussi je souhaite vous parler des époques où la femme a été en domination des hommes
Il était alors possible pour elles d’avoir des enfants hors mariage
Et ces enfants étaient dits nés d’une vierge
Je dis cela pour nous expliquer les rites qui appartiennent à l’église
Et qui ne doivent pas nous être étrangers
Yeshoua est né hors mariage
Et il a été accueilli par Youssef
Et Myriam l’a reçu comme un don du ciel
Entendez moi, c’est un fils de l’amour
Car l’amour de Myriam et Youssef était supérieur
Et a été transmis comme un don du ciel à Yeshoua
C’est pourquoi c’est le fils de Dieu
Car l’amour est la source
Car il n’y a rien au-delà de l’amour
Et maintenant entrons par la quatrième porte
Les vapeurs brûlaient
Il devenait difficile de respirer
Chacune et chacun économisait son souffle
Le cercle des femmes se resserrait
Je suis Anata et je suis femme médecine
N’ayez pas peur de mourir
Alors que vous approchez de l’union
Je vous disait que chaque être est à la fois féminin et masculin
Et c’est dans l’harmonie des ces deux parties que se fait la paix
C’est dans leur union
La paix est amour de ces deux parts en nous
Et elle peut se réaliser sans que nous la cherchions à l’extérieur
C’est l’union de la terre mère et du ciel père
C’est l’union de grand-père soleil et de grand-mère lune
Et quand cette union s’accomplit
Alors le printemps et l’automne s’unissent
Alors toute fin est un nouveau début
Alors toute mort est une nouvelle naissance
Alors il n’y a plus ni début ni fin
Puisque de toute éternité et à jamais nous sommes dans la lumière
C’est pourquoi il est stupide de craindre la mort
Car celui qui craint est lâche
Et celui qui accueille ce mystère trouve le courage des ses combats
Car cette union est aussi une lutte
Elle ne va pas sans souffrances
Comme l’enfantement
Je vous demande maintenant de faire l’effort ultime
Je vous demande de vous mettre au monde
Et maintenant entrons par la cinquième porte
Les corps descendaient vers la terre pour trouver sa fraîcheur
Les corps s’enchevêtraient dans cet espace réduit
La volonté était vaincue
Il n’y avait plus qu’à lâcher prise
Le sol était trempé de sueur
Aô disaient les femmes
Aô répondaient les enfants
La chaleur montait
Les vapeurs étaient à leur comble
Le corps d’Anawega était secoué de spasmes lents
Sa volonté était tendue à se rompre
Puis elle perdit conscience en libérant sa sève
Elle se réveilla d’un sommeil peuplé d’étoiles et de cosmos
Ulinoï avait pris son torse sur ses genoux et caressait doucement son visage
Et maintenant nous allons passer la neuvième porte
Il faisait doux autour de lui
Il ne sentait plus la pression de la chaleur
Tout son corps était relâché
Il regarda chaque femme et chaque enfant en échangeant des sourires
Dans le silence de la neuvième porte tout était doux
Puis Anata dit Aô
Et chaque femme et chaque enfant dirent Aô
Et ils sortirent lentement de la hutte
Les femmes rejoignirent les hommes
Les couples se reformèrent
Les enfants retrouvaient leurs deux parents
Et chacun se salua pour se souhaiter une nuit belle et douce
Peuplée des rêves
Anawega salua Anata
Puis Ankagaï
Et enfin Ulinoï qui l’embrassa
Il est temps maintenant que tu regagnes ta maison
N’oublie pas qui tu es par rapport à toi même et par rapport à nous
Reviens dans deux jours recevoir mes enseignements de notre langue et de notre culture
J’ai beaucoup à t’apprendre
Tout comme ta rencontre est riche pour nous
Anata a bien parlé
J’ai compris beaucoup de choses ce soir
Qui restent secrètes et cachées
Et ignorées
Maintenant viens le temps où tu dois porter ton identité aux yeux du village
Sois fière sois forte et sois humble dans ce travail de reconnaissance
Sois portée par notre amour et par le souvenir de ce soir
Va en paix

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire