Anawega Art scriptural

Anawega – Feuillet vingt-trois

La pluie tombait fine et légère
Le regard d’Anawega se perdait dans les gris du ciel
Elle reprit son carnet et relut
Kaba sino kabo
Le corbeau est la mémoire
Cela il l’avait déjà pressenti dans la plume du corbeau
Aya akame mateyoud
Le serpent a accompli sa jeunesse
La présence du corbeau était étrange lors de la mue du serpent
Ainsi le serpent se métamorphose
Sans rien oublier de ce qu’il était
Le serpent change d’enveloppe sous le regard du corbeau
Le corbeau est gardien de la mémoire
Et le serpent transmute
C’était le signe de sa propre transformation
Mais cette présence du corbeau l’appelait à ne rien oublier
Il repensait à sa mère
A son absence
Souvent petit il s’adressait à elle
Et elle répondait
Elle l’accompagnait
Aya matouta ayé
Le serpent accouche du jour
Aya fadi ayé
Le serpent crache le jour
Il repensa au crachat
Comme quelque chose qui accomplit une volonté
Une détermination
Un rapport de force
Une forme de conflit était engagée
Et en même temps une forme de paix se dessinait
Elle avait davantage de caractère
Elle ne s’effacerait plus devant les hommes
Ainsi que Tom avait l’habitude de faire
Une sororité la reliait aux femmes
Elle avait craché
Elle avait craché sa parole
Elle était à l’aube d’une histoire nouvelle
D’une alliance intime et secrète
Aya anko nado
Le serpent règne sur le Nadir
Nado konte zaia
Le Nadir est l’opposé du Zénith
Si le Zénith est le point le plus haut du soleil au dessus de la terre
Le Nadir est le point le plus dense de la nuit
Le temps de la nuit couvre la terre
Et l’Esprit descend dans les profondeurs des rêves
Ainsi s’accomplit le cycle
Neuf mois avait dit Nash
Neuf mois pour accomplir
Neuf mois pour accoucher
Aya galto Ayé
Elle aussi avait avalé le jour de Tom
Et cheminait dans la nuit, éclairée par la seule lumière de sa conscience
A tâtons sur le chemin
Le bâton du pèlerin pour éviter les écueils
Et la lune pour compagne
Magani anoya
Vision trouble
Comment y voir plus clair ?
Aya noyo bati noyo meli
Misa noyo fali noyo yeli
Le serpent n’est ni bon ni mauvais
De même qu’il n’est ni homme ni femme
Tom avait toujours recherché la conduite correcte
Démarche hésitante, silhouette effacée
Se sentant étranger parmi les hommes
Et usant de la politesse, s’excusant de n’être pas chez lui parmi les hommes
Usant de conformisme pour être en adéquation avec un milieu qui,
De toutes façons, ne le reconnaissait pas
Et puis Anawega s’était déclarée fière, belle et libre
Effrontée
N’ayant plus peur du conflit
Aya beso beni beso meli
Aya beso fali beso veli
Le serpent est à la fois bon et mauvais
Le serpent est à la fois homme et femme
Anawega échappait aux conventions
Etant femme dans un corps d’homme
Elle ne laisserait personne la juger
Ni déterminer ce qu’elle est
Un jour d’homme
Puis le serpent avait avalé le jour
Aya galto ayé
Et la nuit appartenait à Anawega
Avec ses lunaisons et ses étoiles
Sa voie lactée
Aya beso feto beso soko
Le serpent est à la fois le haut et le bas
Aya beso Sako Dito beso Sako beno
Le serpent est à la fois le droit sacré et le gauche sacré
Et lui qui avait appris que la droite est le droit chemin
Il remarqua que beno, la gauche, et beni, le bien, étaient de même racine
Cette racine des rêves, des images, des analogies
Qui permettaient de trouver la voie du cœur
Au travers des embûches, des obstacles et des défis
Que les raisonnements venaient opposer à sa liberté
Le haut et le bas
Le zénith et le Nadir
Et entre deux se dressait une femme dans un corps d’homme
Ligago Kawaï sino Sako
Beso ligago Kawaï akamo
Le langage Kawaï est sacré
De même que le langage Kawaï accomplit
Tom matouta Anawega
Anawega matouta Aya
Anawega konte nado
La pluie tombait fine et légère et le vent caressait les cheveux d’Anawega
Elle n’avait pas faim
Elle fuma une cigarette
Rose-Marie approchait

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire